Une source insoupçonnée pour mieux vous connaître et interagir positivement

Chacun a sa définition de l’intelligence puisque cette notion large, aux déclinaisons multiples, fait appel à différents talents. L’intelligence émotionnelle (IE) quant à elle fut longtemps éclipsée par le sacro-saint Quotient Intellectuel (QI). Qualifiée à l’origine de primitive, elle sort de l’ombre en 1982 grâce au psychologue Reuven On-Bar. Par la suite, le psychologue Daniel Goleman l’adresse au grand public avec son best-seller éponyme. Une fois décryptés tous ses rouages, vous découvrez la puissance de cette intelligence intuitive. Vous disposez alors d’un outil pour approfondir la connaissance et l’affirmation de soi. Cette compréhension de son être est bénéfique pour votre relation à l’autre. En régulant vos émotions et celles de vos interlocuteurs, vous activez une série de mécanismes vertueux. Votre intelligence émotionnelle est une compétence à développer, étroitement liée à votre mode de communication. Les recruteurs et directeurs de ressources humaines la considèrent comme une qualité sine qua non d’un dirigeant emblématique. Pourquoi cette IE a supplanté le QI ? Comment impacte-t-elle positivement votre bien-être et votre développement personnel ? Est-ce facile de mettre en œuvre cette discipline aux subtilités verbales et non verbales face à votre audience ? Reconnue comme qualité professionnelle, le leader de demain sera-t-il un manager émotionnel ?

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

Une intelligence intégrée à notre cerveau

Malgré l’évolution de l’homme depuis des millénaires, nos comportements sont liés à notre instinct primitif de survie. Induits par la conservation de notre espèce, ils sont innés et inconscients. Parmi eux se distinguent la nutrition, la protection et la reproduction. Tel un radar intégré, cette forme de discernement est programmée dans notre cerveau pour déjouer un éventuel danger.

Le cerveau se divise en 2 parties :

  • le cerveau qui pense ou le cerveau « rationnel » ;
  • le cerveau qui ressent ou le cerveau émotionnel dit « reptilien ».

Complémentaires et intervenant dans différentes situations, ces deux faux-frères peuvent être en concurrence. Le cerveau émotionnel prend alors l’ascendant, grâce à sa capacité à court-circuiter le cerveau rationnel. Est-ce à dire que nous sommes restés sans le savoir de gros reptiles tout droit sortis de Jurassic Park ?

En quelque sorte. L’homme, à ses tout débuts de bipèdes vertébrés, se servait de son radar d’urgence intégré pour mémoriser toutes les menaces potentielles ou réelles, afin d’alimenter sa base de données. Cette notion de survie primitive, pour s’adapter à son environnement afin d’éviter tout danger, est la pierre angulaire de l’intelligence émotionnelle.

Les différentes étapes de Charles Darwin au trio Mayer-Salovey-Caruso

Dans ses travaux sur les fonctions vitales de l’être humain, le naturaliste Charles Darwin soulignait l’importance de la part des émotions dans les interactions entre les hommes.

Les années 70 ont été le règne du Quotient Intellectuel (QI) avec l’essor des tests psychométriques. À partir des années 1990, les tests de personnalité prennent l’ascendant. Sur la base des travaux d’Alfred Binet, pédagogue français créateur du premier test psychométrique, le test WAIS-IV voit le jour.

D’autres tests de personnalité comme le SOSIE ou PAPI sont utilisés pour l’évaluation des managers et futurs dirigeants.

Le psychologue israélien Reuven Bar-On est l’un des pionniers, chercheurs et théoriciens en intelligence émotionnelle. Premier à développer le concept de Quotient Émotionnel (QE), il crée en 1982 le Bar-On Emotional Quotient Inventory® (EQ-i®).

Trois universitaires américains, John D. Mayer, Peter Salovey, and David R. Caruso, ont associé leurs matières grises et développé le MSCEIT (Mayer-Salovey-Caruso Emotional Intelligence Test). Ce test est principalement utilisé dans les entreprises, l’éducation, la recherche et les milieux thérapeutiques.

Cette intelligence intuitive décryptée par Daniel Goleman

Daniel Goleman, psychologue américain, reste celui qui a réussi à vulgariser au sens noble du terme, le concept et les mystères de cette intelligence émotionnelle.

Son best-seller « L’intelligence émotionnelle » a été un catalyseur. Daniel Goleman a décrypté pour le grand public les signes distinctifs de cette intelligence intuitive et ses implications dans la vie personnelle et professionnelle.

Il définit l’intelligence émotionnelle comme « la capacité à réguler ses émotions et celles des autres, à les distinguer et à utiliser ces informations pour guider sa pensée et ses actions ». Il considère 5 domaines de l’IE et 3 catégories d’individus.

Les 5 domaines où elle s’exerce sont :

  1. la connaissance de ses émotions ;
  2. la maîtrise de ses émotions ;
  3. l’auto-motivation ;
  4. la perception des émotions d’autrui ;
  5. la maîtrise de la relation à autrui.

Il distingue 3 catégories d’individus :

  1. ceux qui ont conscience d’eux-mêmes et maîtrisent leurs émotions ;
  2. ceux qui se laissent submerger par leurs émotions ;
  3. ceux qui acceptent sans réagir (les optimistes et les pessimistes).

Toujours selon Goleman, le but est d’équilibrer vos émotions positives et négatives, sans bien sûr les réfréner. Stimuler votre pensée positive aide à gérer vos tempêtes intérieures.

A contrario, et cette démonstration sera plus facile pour comprendre le concept, la perturbation de la pensée par une anxiété peut aboutir à la dépression. Votre perte de motivation prive votre cerveau de ressources pour le traitement objectif d’une situation et l’analyse de votre erreur, vous empêchant par conséquent d’avancer.

La compréhension de vos émotions est une première étape et un soutien précieux pour votre développement personnel. Si vous comprenez vos propres émotions, vous serez alors capable de déchiffrer celles des autres. Vous décuplez le pouvoir de votre IE, sachant que 90 % des messages affectifs sont non verbaux.

Selon Daniel Goleman, l’éducation parentale a un fort impact dans la capacité d’un être humain à développer son intelligence émotionnelle. Les jugements dévalorisants à répétition et le manque d’empathie dans l’enfance entraînent l’accumulation de souvenirs traumatiques néfastes à l’activation de pensées positives.

Stimuler cette compétence chez l’enfant fait grandir sa confiance, son plaisir de la curiosité, sa maîtrise de soi et sa notion de l’équilibre dans le groupe. Il comprend ainsi les effets de son action. Cette pratique pour la bonne évolution de l’enfant prévient des colères chroniques, des troubles alimentaires et des addictions.

cascades et rivières

Connectez-vous à vos sources de bien-être pour une meilleure relation aux autres

L’intelligence émotionnelle reste un concept nouveau dans sa connaissance et ses applications. Elle s’articule autour de 4 domaines en particulier :

  1. une connaissance et affirmation de soi ;
  2. une bonne gestion du stress ;
  3. un jugement lucide ;
  4. une relation à autrui sereine.

Pour chacun d’entre eux, les ramifications générées par votre cerveau reptilien sont multiples.

Une connaissance et affirmation de soi

  • La capacité à vous affirmer et à poser vos limites évite une attitude passive ou agressive.
  • La connaissance de vos propres limites et failles augmente votre objectivité.
  • La connaissance de soi permet d’exclure les peurs et les pensées négatives de votre schéma de réflexion.
  • La connaissance et l’expression de toutes vos émotions positives et négatives vous épargnent toute intériorisation dommageable.

Une bonne gestion du stress

  • L’appréhension des situations libérée de passion ou d’angoisse apporte sérénité.
  • L’exclusion de la rancune ou toute rumination associée génère une paix intérieure.
  • La suppression des vexations inutiles vous est salutaire.
  • Savoir différer la satisfaction de vos désirs entretient cette bonne gestion du stress.
  • Être votre propre garde-fou évite les vagues émotionnelles.
  • Tous ces éléments contribuent à la prévention de la tension artérielle et des maladies cardio-vasculaires.

Un jugement lucide

  • Une objectivité et une rapidité de jugement contribuent à l’analyse d’une situation sans biais.
  • Une distanciation raisonnable évite la rancune.
  • La capacité à laisser le temps mûrir la réflexion, en y intégrant les opinions et objections d’autrui, offre une pensée sereine.
  • L’apprentissage de vos erreurs vous aide à progresser et entretient votre affirmation de soi.

Une relation à autrui sereine

  • La connaissance de vos propres failles permet d’anticiper des situations critiques, puis d’adopter la bonne attitude face à votre interlocuteur.
  • L’ouverture d’esprit favorise la bonne communication.
  • L’acceptation de votre part de responsabilité apaise les tensions.
  • Éviter de blâmer les autres procure une qualité de l’échange.
  • L’aptitude à repérer et à appréhender des personnes à risques, voire toxiques, permet d’anticiper et de vous adapter à celles-ci, sans en faire vos propres ennemis.

Toutes ces ramifications dans chaque domaine favorisent votre paix intérieure. Le positif attirant le positif, votre quiétude d’esprit est contagieuse. Le cumul de tous ces bénéfices impactent favorablement votre bien-être et par conséquent, vos interactions sociales.

Soyez le maître d’œuvre de votre développement personnel

Développer votre intelligence émotionnelle est un choix et une discipline. En revanche, il est faux de croire qu’elle est une qualité innée. Elle est intangible et surtout malléable, tout comme votre cerveau. Par conséquent, vous êtes le maître d’œuvre du déploiement de cette compétence. La pratique de la pleine conscience constitue un chemin d’accès.

Que ce soit un miracle, un mythe, voire un placebo, la théorie des 21 jours pour modifier un mécanisme de compensation ou enclencher une nouvelle habitude vous aidera à développer votre intelligence intuitive. Bannissez a minima le fameux « À mon âge, je ne changerai jamais ! » ; votre cerveau reptilien vous prouverait le contraire !

Puisqu’il est faux de croire qu’elle est une qualité innée, chacun d’entre vous est à même de commencer à développer son IE. Des 4 domaines précédemment listés, quel est le plus important ? Il est difficile de les hiérarchiser. Imaginez-les comme un  mécanisme d’horloge suisse : chaque rouage ou ramification est une aptitude et une vertu, liées l’une à l’autre. La première entraîne la deuxième, qui fait appel à la troisième, bénéfique pour la quatrième. Enclencher ce processus est un cercle vertueux.

Réapprendre à votre cerveau est possible. Assurance et ouverture d’esprit seront au menu de votre ouvrage. L’humour et l’autodérision vous aideront à balayer les faux pas dans votre apprentissage.

Communiquez avec justesse et finesse d’esprit

Vous décidez maintenant d’enclencher ce cercle vertueux. D’une discussion intérieure où vous identifiez vos axes d’amélioration, l’aspect communication pour interagir est primordial. La mise en œuvre de votre intelligence émotionnelle nécessite de savoir exprimer clairement vos sentiments.

Reprenons l’idée que si vous êtes capable d’identifier vos émotions, vous déchiffrez alors celles des autres. Lors d’un échange, vous communiquez vos idées de façon intelligible pour qu’elles soient compréhensibles. Cette notion évidente suppose :

  • la connaissance du vocabulaire émotionnel ;
  • un lexique riche pour décrire une émotion ;
  • l’utilisation des déclinaisons d’une émotion grâce à des adjectifs précis.

Chaque personne a sa perception de mots comme « irrité ; frustré ; oppressé » selon sa sensibilité. Par conséquent, la précision du vocabulaire utilisé est fondamentale. En fonction de l’analyse de la situation et de votre interlocuteur, vous ajustez votre discours. Puis, en fonction de sa réaction, vous le réajustez si besoin.

La communication est un outil de diagnostic du mal, voire du mal-être, pour en déterminer ensemble le remède. Exercée au quotidien, cette communication positive amène à des dialogues constructifs.

La communication non verbale est à prendre en compte en amont et tout au long de l’échange. Décoder votre interlocuteur et son état d’esprit par ses manifestations corporelles sont de précieux indices pour adapter vos propos. Soyez donc à l’écoute du silence du langage du corps. L’adage « Qui ne dit mot consent » pourrait aussi s’écrire « Qui ne dit maux qu’on sent ».

Le management émotionnel pour devenir un dirigeant emblématique

Jack Welch, architecte de l’expansion du groupe General Electric, était convaincu que l’intelligence émotionnelle faisait la différence entre un homme d’affaires et un dirigeant emblématique. Les travaux de Daniel Goleman ont permis d’instaurer cette notion dans l’entreprise et les processus de recrutement.

Elle fait partie aujourd’hui du top 10 des compétences ou soft skills demandées en entreprise. Tout futur manager ou dirigeant doit se plier à l’épreuve rédhibitoire des tests de personnalité.

En effet, toutes les composantes de cette forme d’intelligence s’appliquent au quotidien professionnel. Combiner assertivité, lâcher-prise, confiance en soi et posture de manager enclenche un cercle vertueux. Cette formule est gagnante pour les partenaires internes et externes de l’entreprise :

  • Le manager garantit la cohésion d’équipe et la réalisation des objectifs pour la pérennité de l’entreprise.
  • Son leadership gagnant-gagnant maintient le niveau de performance.

L’intelligence émotionnelle associée à l’empathie exige aussi authenticité et justesse. Savoir penser avec des systèmes de valeurs différents du sien confère au manager intelligence de vie et clairvoyance. Il porte ainsi efficacement le message de la direction et les objectifs à mettre en œuvre pour la réussite des projets.

Dirigeant d’entreprise ou manager de votre vie, la recette pour développer votre potentiel en bonne interaction avec les autres reste la même !

 

D’une suprématie du Quotient Intellectuel (QI), nous tendons vers une prochaine suprématie de l’intelligence artificielle (IA). Entre les deux, tel un village gaulois d’Armorique, l’intelligence émotionnelle (IE) reste l’arme redoutable pour la compréhension du monde et des interactions entre semblables. Intangible pour tout moteur de recherche, aussi puissant soit-il, développer votre intelligence émotionnelle, c’est affirmer votre caractère en sachant vous gouverner. Que vous le fassiez pour votre développement personnel, pour les bienfaits sur votre santé ou pour devenir un dirigeant emblématique, abusez sans modération de votre propre potion magique !

Pour initier votre changement, téléchargez ci-dessous le « Petit Guide de vos Forces Positives ».

En savoir plus :

Lien vers le profil LinkedIn d’Estelle Fontaine, rédactrice Web SEO . Merci à elle pour ce texte.

Crédits Photos :

Partager l'article
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •